Avoir un bon confort acoustique chez soi
02/07/2020

Plus de la moitié des français questionnés avouent être gênés par le bruit au sein même de leur maison. Entre les bruits des voitures, des machines ou encore du voisinage, les nuisances sonores peuvent réellement s’immiscer dans notre quotidien. Mais comment faire face à cette pollution sonore ? Comment diminuer le stress engendré par les nuisances et être plus serein ?

Les diverses mesures et les divers types de bruit qui envahissent notre quotidien

Lorsque l’on se couche, il n’est pas rare d’être incommodé par les divers bruits comme les voitures qui circulent, le lave-linge qui se met en marche, les voisins du dessus qui marchent. Il est important d’identifier les diverses sources de bruit et de mesurer le volume sonore afin de bénéficier d’un meilleur confort acoustique. Au quotidien, il y a 3 sortes de bruits qui peuvent avoir un impact direct sur notre quotidien :

-          Les bruits d’impact qui se propagent dans la structure même de la maison via des vibrations. Ça peut-être des mouvements d’objets, une chute, ou encore des bruits de pas ;

-          Les bruits aériens qui peuvent s’immiscer à l’intérieur de votre habitation par les fenêtres, les ventilations ou les portes. Ils peuvent provenir des bruits de télévision ou des bruits du trafic routier ;

-          Les bruits d’équipements comme les ascenseurs, les canalisations, les chaudières…

Qu’en est-il des diverses mesures sonores?

Le décibel est l’unité de mesure du bruit. Si le bruit est inférieur à 75 décibels, alors le risque de détérioration de l’audition est moindre. D’ailleurs, la limite pour une exposition à 75 Db est de 8h/jour mais si vous dépassez ce délai, vous n’allez pas forcément devenir sourd. De 120 à 140 db, le seuil de sensibilité est sa limite et des problèmes d’audition peuvent être constatés. Voici un classement des bruits en fonction du décibel :

-          Entre 120 et 170 db, les bruits sont nuisibles et douloureux : ça peut être le bruit du décollage d’un avion à proximité, le bruit d’un feu d’artifice, le bruit engendré par un concert de rock ;

-          De 90 à 110 db, le bruit est gênant et peut entraîner des lésions auditives : ça peut être les bruits d’une discothèque, d’une tondeuse, d’un cinéma ;

-          De 75 à 85 db, le niveau est très fort. On fait référence à les bruits de gros camions, de brushing, d’hurlement ;

-          De 40 à 70 db, le niveau de bruit est modéré : ça peut être le bruit d’une conversation, de la pluie, ou des appareils ménagers ;

-          De 10 à 30db, l’environnement est calme.

Quels sont les impacts du bruit sur notre corps et notre santé ?

La première conséquence du bruit sur notre santé fait surtout référence à notre audition. Une exposition brusque et prolongée à un niveau sonore dépassant les 85 db peut provoquer une perte temporaire ou définitive de l’audition. Mais il y a aussi des risques indirects comme des troubles du sommeil, des migraines et des maux de têtes, un manque de concentration, une hypertension et même des ulcères à l’estomac si l’exposition est trop prolongée.

Comment faire pour améliorer le confort acoustique de sa maison ?

Lutter contre le bruit dans son habitation est une démarche assez difficile car le bruit va traverser les murs et les parois, et surtout, va s’immiscer dans chaque défectuosité au niveau de l’étanchéité. Il est donc important d’utiliser de nombreux dispositifs pour venir à bout d’une mauvaise insonorisation.

Poser un faux plafond

Vous avez une maison à étage ? Vous vivez dans un appartement ? Vous entendez les enfants qui chahutent, qui sautent de partout ainsi que les conversations du dessus ? Ces bruits peuvent particulièrement être stressant surtout lorsque l’on revient d’une journée de travail éprouvante. Installer un faux-plafond permet de gagner 25 décibels environ et d’avoir un meilleur confort acoustique. Demandez un professionnel de vous aider dans la pose d’une ossature métallique, associée à un isolant fibreux ainsi que des plaques de plâtre spéciales.

Le remplacement des fenêtres

Si vous désirez lutter efficacement contre le bruit, vous pouvez investir dans de nouvelles fenêtres. Elles vous permettront de mieux lutter contre les bruits externes. Pour une meilleure isolation encore, le double vitrage est recommandé. Certains fabricants proposent des vitrages à isolation renforcée avec un verre feuilleté pour une isolation phonique et thermique.

Savoir isoler les murs

Vous désirez isoler les murs existants de votre maison ? L’idéal est d’opter pour la peinture anti-bruit. Avec elle, vous allez réduire la transmission directe mais à condition de la poser sur une sous-couche insonorisante. Vous gagnerez 3 à 15 db. Les plaques phoniques minces sont aussi intéressantes car elles sont prêtes à poser et adaptées pour les cloisons internes.

Dans le cas d’un mur mitoyen, il ne faut pas hésiter à utiliser un doublage sur ossature métallique, enroulé autour d’une laine minérale. Vous pouvez gagner jusqu’à 20 db. Enfin, une solution proposée par un acousticien professionnel est la pose d’un isolant sur une contre-cloison.

Isoler la porte d’entrée

Si vous vivez dans un appartement et que les bruits sur le palier vous sont insupportables, vous pouvez décider de poser une porte blindée ou encore un rideau anti-bruit, moins contraignant. Puis, pour encore plus de performances, ne pas hésiter à installer des joints tout autour de la porte ou capitonner sa porte d’entrée.

Opter pour des équipements luttant contre le bruit

Dans les habitations neuves, les problèmes de réverbération sont assez courants. Vous pouvez lutter contre ce souci en installant des tapis sur le sol, du tissu tendu au mur, ou encore des doubles rideaux épais sur les fenêtres.

Pour diminuer la propagation du bruit sur votre sol, hormis le tapis, vous pouvez également installer une moquette ou encore les sous-couches résilientes sous le parquet flottant. Ne pas hésiter à faire appel à un expert acoustique pour qu’il puise évaluer votre nouvelle maison !